La République du Togo
Travail - Liberté - Patrie
Versão portuguêsa
Facebook
e-mail

CEDEAO - TOGO: Le Port Autonome de Lomé et sa zone franche.



Le Port Autonome de Lomé



L'économie de la République Togolaise repose sur trois piliers: l'agriculture de subsistance et d'exportation (café, cacao et coton principalement), qui bénéficie d'un climat relativement favorable, en particulier dans le sud, les phosphates et le commerce régional.


La position géographique du Togo fait de lui un moyen naturel de communication entre l'océan et l'espace CEDEAO (Communauté Économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest), avec un port en eau profonde. Le port autonome de la ville de Lomé, lui permet de jouer un rôle stratégique en matière de logistique dans la sous-région. Des pays comme le Mali, le Niger et le Burkina Faso n'ont pas d'entrée par l'océan.


Se joint à cette fonction à vocation commerciale, les opérateurs économiques togolais se distinguent par leur sens élevé du commerce et le pays ne manque pas de personnel qualifié.


Deux produits: le coton et les phosphates représentent environ les deux tiers des exportations, ce qui rend les résultats économiques exposés aux fluctuations des marchés internationaux.


Avec la mise en œuvre d'une politique stricte de l'ajustement structurel, le pays restaure progressivement les grands équilibres macro-économiques et procède à la libéralisation de l'économie. La place occupée auparavant par l'Etat togolais dans le secteur productif a été réduite, les monopoles ont été dissoutes, les prix et le commerce ont été libéralisés.


Tous les efforts visant à diversifier les bases de l'économie de dépendre de moins en moins de deux produits rentables, de développer l'industrie et d'attirer les investisseurs étrangers, en particulier à travers la création d'une Zone Franche de libre-échange et de transformation pour l'exportation afin de rationaliser le port de Lomé. Privilégié en étant un pays côtier, le Togo a développé un système de transport diversifié (routier, maritime, ferroviaire et aérien).


La priorité actuelle du gouvernement est de renforcer le rôle de la plaque pivotante du pays et d'améliorer la compétitivité de l'élaboration d'un système de transport efficace. Les mesures de restructuration dans le secteur accent sur les transports maritimes et routiers.


Le Port Autonome de Lomé (PAL) détient des actifs de qualité premium nautique et sa position géographique le place au centre du trajet Dakar/Sénégal-Luanda/Angola. Il dispose de 02 quais, de 6 postes d´amarrages de 9 à 11,50 m silencieuse, de 50 000 m2 de dépôt couverts (dont 02 hangars pour le Burkina et 02 pour le Mali et le Niger) et 202.000 m2 de surface de rétro, y compris un parc à conteneurs de 90 000 m2, l'espace du pétrole pour net marchandises en vrac et une station de pêche.


Le Port a investi dans la modernisation de son équipement et a pris une politique commerciale proactive pour améliorer ses performances et augmenter sa clientèle en lançant l´opération «Solidarité sur la mer". L'objectif est de rendre le Port Autonome de Lomé un port de transbordement pour la région.



La zone franche du Togo


Ensemble avec le Port Autonome de Lomé, il ya la Zone Franche qui constitue un facteur important du développement économique.


La zone franche togolaise a pour objectif de stimuler au Togo le développement des activités de transformation et de services destinés à l'exportation.


Les compagnies opérant ce système garantit que vous avez les meilleures conditions de concurrence.


Ainsi, il constitue un cadre propice pour les activités destinées à exporter des produits: l'agriculture, l'industrie et les services, qui utilisent le travail à la main localement et internationalement.


Depuis sa création, la zone franche a bénéficié de l'appui des organisations de coopération tels que le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), l'Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel (ONUDI), l'Overseas Private Investment Corporation (OPIC- USA) et l'Agence Américaine pour le développement international (USAID).


Actuellement, la zone franche du Togo s'élève à plus de 61 entreprises et 34 entreprises actives dans la phase de mise en œuvre. Les entreprises de divers secteurs font principalement partie de l'industrie du plastique, pharmaceutique, agro-alimentaire, la sirurgie, industrie du bois, les vêtements, les cheveux, les cosmétiques synthétiques, bijoux, etc.


Les promoteurs des entreprises enracinées appartiennent à 13 nationalités diffèrentes, la majorité des Togolais (29%).


La zone franche togolaise est devenue, comme son créateur imploré, «un instrument d'intégration économique de la sous-région ouest africaine et en même temps un pont entre les différentes parties du monde."


Actuellement, SAZOF est en plein essor et un nouveau siège a ouvert ses portes en Janvier 2006.